CARNET DE VOYAGE : NEW YORK / QUÉBEC – JOUR 1

Voyage New York / Québec (Mars 2014) – Jour 1

Atterrissage à JFKceetiz-ancv

Nous atterrissons vers 10h30 à JFK après un vol très calme (et surtout mon tout premier vol transatlantique !). A peine posé le pied dans les longs couloirs d’arrivée de l’aéroport, je remarque les immenses affiches qui tapissent les murs. On y découvre une jeune femme au sourire éblouissant qui vante des valeurs comme l’ambition, les grandes universités ou bien la recherche d’une better life (meilleure vie). Ils n’auraient pas pu trouver de meilleure façon de souhaiter la bienvenue en Amérique ! Pas du doute, la culture de l’ambition et du succès ne tarde pas à montrer le bout de son nez. 

declaration-douanes-etats-unis

Questionnaire de déclaration des douanes

L’aéroport est impressionnant de calme et de grandeur. Pour le passage de la douane, il y a de nombreux guichets. Une ligne est tracée au sol, il faut patienter derrière et attendre que l’agent nous appelle. Tout est très bien organisé. Chacun est orienté là où il doit aller : il y a des guichets pour les résidents des USA et des guichets pour les autres. Pour ce premier passage à la douane des USA, nous ne sommes pas passés ensemble devant l’agent. J’ai été appelée avant Florian, je suis tombée sur une femme. J’avais très peur de ne rien comprendre à ce qu’elle allait me dire. Pour se rassurer, il y a des petites affiches qui expliquent ce qu’ils vont faire : prendre nos empreintes (les 4 doigts de l’index à l’auriculaire ensembles puis le pouce tout seul, le tout pour chaque main). Ensuite on doit nous prendre en photo.
J’arrive donc devant l’agent, je lui donne mon passeport. Elle l’ouvre, le met à ma hauteur de visage et me scrute avec attention. Elle me demande ensuite si c’est la première fois que je viens aux USA. Je lui réponds que oui. Elle me demande combien de temps je vais rester, je lui dis une semaine. Je rougis un peu en répondant. J’ai toujours très peur de ne rien comprendre à ce qu’elle va me dire, mais je suis surtout un peu impressionnée par cette atmosphère très stricte. Je pense qu’elle le remarque rapidement parce qu’elle sourit. Elle prend ensuite mes empruntes et ma photo. Et voilà, j’ai droit à mon beau tampon qui me permet de séjourner aux États-Unis pendant une durée maximale de 90 jours !
Tout est allé très vite. Si tout se passe bien, on passe à peine deux minutes devant l’agent. Nous arrivons ensuite aux tapis roulants pour récupérer nos bagages. Nous entamons ensuite une seconde file d’attente pour rendre notre questionnaire de déclaration de douanes préalablement rempli dans l’avion. ça va vite, on passe rapidement dans un autre hall et enfin, nous voilà aux ÉTATS-UNIS !

On fait quelques photos dans le hall et on prend l’ascendeur pour rejoindre l’air train, la navette de l’aéroport (5$ par personne) qui dessert les différents terminaux et qui permet aussi de rejoindre deux stations de métro qui mènent à Manhattan. On sait qu’on doit aller jusqu’à la station du métro E mais on a du mal à savoir si la navette dans laquelle on monte y va et si on est dans le bon sens de circulation ! Florian demande des informations à une fille d’environ notre âge et elle nous dit qu’on est dans la bonne navette mais qu’il y aura une correspondance avec une autre navette pour aller à cette station de métro.

Il se trouve que cette fille est descendue elle aussi à la station de la correspondance et très gentiment, alors qu’on ne lui avait rien demandé, elle nous a réexpliqué quelle navette on devait prendre pour aller à la station du métro E.

Arrivés à cette fameuse station on a payé l’air train et notre metro card illimitée pour une durée de 7 jours (30$, c’est vraiment pas cher). Et on est montés dans notre premier métro new yorkais ! En face de nous il y avait une famille latino (un couple et leur petite fille) avec leurs grosses valises toutes pleines d’autocollants d’aéroports. Ils avaient l’air d’être aux anges, ils se prenaient en photo tous les trois en faisant des grimaces et en rigolant. C’était mignon. On est descendus sans changements à la station 23th street. L’hôtel (Leo House) est vraiment à deux pas de la station de métro.

Premières impressions à Manhattan : odeurs de bouffe, beaucoup beaucoup de bruit (sirènes des pompiers et des flics, klaxon des ambulances…)
Le ciel était couvert et les températures négatives, entre -3 et -5 degrés. Ça ne paraît peut être pas très froid, mais on sent vraiment la différence par rapport à chez nous. J’ai vraiment enduré mon gros blouson et ma grosse écharpe. Franchement, je tire mon chapeau aux filles qui sortent en robe et en collant par ces températures !
Nous sommes très contents de l’hôtel. Il n’est certes pas très récent, la déco est minimaliste et les finitions assez fatiguées, mais la chambre est très propre et confortable. La réception nous a passé un petit coup de fil quelques minutes après notre arrivée dans la chambre pour savoir si tout se passait bien. On a trouvé ça très chouette.

leo-house-new-york

Moi qui n’ait absolument pas réussi à fermer l’œil dans l’avion, j’ai commencé à sentir la fatigue. On s’est dit que ça serait une bonne idée de se reposer un peu, histoire d’être en forme pour partir à la rencontre de New York. On a donc essayé de faire une sieste mais que nenni… Au bout d’une heure à tourner au lit, impossible de trouver le sommeil, on était bien trop impatients et excités pour dormir !

Juste avant de quitter la chambre, nous avons eu un problème avec le coffre fort, impossible de le verrouiller. Nous avons appelé la réception qui nous a tout de suite envoyé deux personnes très patientes et sympathiques pour nous dépanner.

Cette fois-ci, on a eu beaucoup plus de mal avec le métro : pour aller de la 23th street à Times Square, il y a 2 arrêts. Sauf que
1) nous sommes montés dans le mauvais métro (car plusieurs métros circulent sur une même voie)
et 2) nous avons finalement pris la bonne ligne de métro mais pas dans le bon sens !
Ce qui fait qu’au lieu de monter à Times Square, on s’est retrouvés à Chinatown dans un métro plein de senteurs exotiques ! (beaucoup de gens mangeaient dans le métro).

On a finalement réussi à arriver à Times Square. On s’est promenés dans le quartier et on a fait quelques magasins (soit dit en passant, le Toys R Us de Times Square est complètement démentiel !)

Ce soir nous avons mangé à 5 Napkin Burger : beaucoup de monde, ambiance sympa, service rapide mais un peu bruyant (mais je soupçonne fortement la fatigue de réduire ma tolérance au bruit!). Ici quand on rentre dans les restaurants, on est accueillis par une hôtesse qui nous emmène à une table s’il y a de la place. S’il faut attendre qu’une place se libère, vous patientez sur le côté ou au bar et on vous donne une petite plaquette qui vibre et clignote de toute les couleurs quand votre tour est arrivé !
Les Américains mangent tôt, les resto sont pleins à 18 heures. On a trouvé qu’il y avait beaucoup de monde partout dans les resto et les fast food.

Une autre chose m’a surprise : quand les américains disent bonjour (que ce soient les vendeurs dans les magasins ou les serveurs au resto ou n’importe qui d’autre), ils demandent toujours « how are you ? » (comment ça va?). Au début, ça surprend, on savait pas trop quoi répondre. En fait il faut tout simplement répondre « Fine thanks, and you ? » ou bien ce que vous voulez qui vous passe par la tête ! C’est tout simplement une formule de politesse !

On s’est couchés crevés à 20h.

5-napkin-burger-theater-district-hells-kitchen

Five Napkin Burger, Hell’s Kitchen.

 

 

Cet article vous a été utile ?

Laissez une évaluation si vous l'avez aimé !

0/5Nombre de vote(s) : 0

Un commentaire

  • Je partage votre fatigue du voyage en avion, mais surtout votre impatience de partir vite "en campagne" à l’assaut de ce gigantesque NEW YORK.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *