Ce que j’aime par dessus tout lorsqu’on part en voyage, c’est la découverte d’une autre culture. Même si nous vivons dans un monde de plus en plus standardisé et uniformisé, on ne peut pas passer à côté de ce qui fait l’essence et l’âme d’un pays : sa culture. Bien sûr, le choc culturel n’est pas le même partout. Il y a de fortes chances pour qu’un voyage en Birmanie vous paraisse plus diversifiant culturellement qu’un voyage aux Etat-Unis ou en Angleterre. Mais tout de même…

Les pays occidentaux ont eux aussi leur propres us et coutumes. Ils ont aussi toutes ces petites différences culturelles qui font qu’au final, nos voisins ne vivent pas comme nous, ne pensent pas comme nous. Il y a quelques semaines, je vous parlais des différences culturelles en matière d’apparence et de style vestimentaire. Aujourd’hui, nous nous arrêtons sur un autre aspect qui nous a vraiment interpellé pendant notre séjour à New York : le comportement des gens en société.

Les petites différences culturelles dans le rapport aux autres

Ce qui rend la vie en communauté facile de l’autre côté de l’Atlantique, c’est la personnalité sociale des américains. Le français a une personnalité sociale plutôt renfermée. Par exemple, un français perdu dans une ville inconnue va d’abord lire, relire et éplucher dans tous les sens son plan. Demander de l’aide est souvent le dernier recours. Chacun fait sa petite affaire de son côté sans se soucier de son voisin. Ce n’est pas une critique, c’est culturel.

Au pays de l’oncle Sam, plutôt que de tergiverser 107 ans, on demande ! Mieux, les autres viennent à vous pour vous demander si vous avez besoin d’aide. Elle est pas belle la vie ? La personnalité sociale des américains est beaucoup ouverte et avenante. Le contact avec l’inconnu est complètement banalisé.

Ça nous est arrivé :

Lors de notre deuxième jour à New York, la tête plongée dans notre plan en sortant de Central Park, un employé municipal qui travaillait quelques mètres plus loin est venu nous demander ce que nous cherchions. Il nous a alors expliqué pendant 5 bonnes minutes où se trouvait la rue recherchée. Idem lors de notre ballade dans le quartier de Wall Street. Un vieux monsieur s’est arrêté pour nous demander si nous avions besoin d’aide pour nous repérer.

La familiarité made in USA

Une autre différente flagrante avec ce qu’on a l’habitude de voir chez nous, c’est la familiarité avec laquelle les gens se parlent entre eux. Déjà, où que vous alliez (dans un magasin, un restaurant, à la banque, en sortant de votre hôtel), on vous demandera « How are you ? » (Comment ça va ? Comment allez-vous ?). Dans la plupart des cas, on se contente généralement d’un « Good » mais toutes les réponses sont possibles ! Bien sûr, on ne vous dit pas que tout le monde raconte sa vie à tout le monde à longueur de journée mais ces petits échanges, bien qu’un peu superficiels sont tout de même très agréables. Ils contribuent à donner un climat chaleureux et décontracté.

Ça nous est arrivé :

Je me souviens aussi d’un moment où nous avons passé les contrôles de sécurité à l’aéroport JFK. S’il y a bien un moment où on ne rigole pas à l’aéroport, c’est celui-là (et particulièrement aux Etats-Unis). Je m’apprêtais à passer sous le portique pendant que mes affaires défilaient sur le tapis roulant quand l’agent en face de moi me regarde et me dit (en anglais) avec un grand sourire « Madame, j’adore vos chaussettes ! ». Merci mes chaussettes rose Hello Kitty ! Forcément, j’ai souri et je l’ai remercié.

Cette anecdote est un bon exemple de cette proximité du quotidien. Quand on pense que chez nous, c’est vouvoiement de rigueur…

 Prendre l’habitude du « Soooooorrrrryyy »

En plus d’être avenants, les américains sont également très prévenants. C’est un de ces fameux traits de caractère qui, un peu amplifiés, deviennent des clichés. Les américains passent leur temps à dire « sorry ». Vous me direz, chez nous aussi on dit pardon quand on bouscule ou qu’on se fait bousculer (quoi que ce n’est pas toujours une science exacte). A titre de comparaison, la bousculade dans une rue New Yorkaise s’apparente presque à un conflit diplomatique ! A peine vous a-t-on frôlé que la personne en question se répand en excuses. On vous coupe vaguement votre trajectoire dans la rue « Oh sorry ! », on passe à côté de vous un peu trop près dans un magasin « Oh sorry ! », on vous effleure au restaurant « Oh sorry ! »… Et à force de s’excuser pour tout, on ne sait plus très bien pourquoi on s’excuse au final. Mais ce n’est pas grave, l’important est de s’excuser. Understood ?

Autre qualité non moins agréable : la bonne humeur ! Si nous autres français sommes connus pour être plutôt grincheux et toujours en train de nous plaindre, les américains préfèrent de leur côté la culture du smile ! J’ai lu il y a quelque temps une anecdote assez parlante sur le blog d’une famille française expatriée au Etats-Unis.

Ça lui est arrivé :

Perluettes est maman de deux enfants en bas âge. Elle est dans le métro avec un de ses fils qui n’est décidément pas de bon poil, qui pleure, qui s’égosille sans qu’elle parvienne à le calmer. Gênée par le vacarme de son fils, elle raconte qu’elle s’attend à recevoir des autres passagers ces fameux regards réprobateurs qu’elle avait l’habitude de croiser dans le métro parisien.

Eh bien non. Contre toute attente, une dame assise à côté d’elle commence à taper dans ses mains pour attirer l’attention du petit garçon. Un homme la rejoint et commence lui aussi à taper dans ses mains alors qu’il entonne une chansonnette. Finalement l’enfant finit par se calmer et commence lui aussi à taper dans ses mains.

Bref, tout un art de vivre incroyablement zen ! Aux Etat-Unis (et plus largement en Amérique du nord), les gens qui se plaignent, qui crient ou qui perdent leurs moyens en public sont extrêmement mal vus ! Ici, on patiente, on attend son tour le plus calmement du monde. Même s’il y en a pour des heures ! Relax, take it easy !


promotions-voyage-new-york


 

Dites-moi si vous avez aimé cet article !
0 avis (0/5)