Mode de vie new yorkais : à quoi ressemble le quotidien à NYC ?

activites-ceetiz-new-york-ancvTout le monde le dit, New York n’est pas le reflet des Etats-Unis.

New York ne ressemble à aucune autre. Elle est New York, point.

Je n’ai pour le moment pas encore eu la chance de voir à quoi ressemblent les Etats-Unis en dehors de New York alors je me contenterai ici de parler de ce que je connais : c’est à dire du quotidien New Yorkais. C’est une des choses qui font que nous aimons énormément cette ville : le mode de vie new yorkais, pour peu qu’on soit ouvert d’esprit et pas trop chauvin, peut vite vous happer et vous rendre complètement accro !

Alors à quoi ressemble donc la vie quotidienne à New York ? Démonstration !

La vie quotidienne à New York

Tout d’abord, le New Yorkais se lève tôt, voire très tôt. Profitez du décalage horaire qui vous réveillera à 4 heures du matin les premiers jours pour vous promener dans les rues et surtout dans les parcs aux premières heures du jour. Vous serez surpris du monde qu’il y aura autour de vous. La plupart du temps, les gens font du sport avant d’aller au travail.  Dehors, vous serez vite entouré de hordes de joggeurs ultra colorés dès six heures du matin. Et c’est comme ça tous les jours, le New Yorkais est accro au sport.

Le New Yorkais prend son petit dej à emporter. Comptez le nombre de cafés que vous verrez défiler à coté de vous dans la rue. Pris dans la masse, vous aussi vous n’imaginerez bientôt plus pouvoir sortir dans la rue sans votre gobelet Dunkin Donuts scotché à la main. Et pas que le matin, les boissons à emporter, ça se déguste tout au long de la journée. Et ça tombe bien puisque les Dunkin Donuts et autres Starbucks ferment à pas d’heure, voire pas du tout.

Le New Yorkais travaille énormément : 8h, 10h ou même 12 heures par jour, c’est bien connu, New York attire les travailleurs les plus compétitifs et acharnés qui soient. Vous les retrouverez tous à l’heure du déjeuner en train de grignoter sandwitchs, parts de pizza, salades et autres wraps dans les parcs et les squares du centre ville et du quartier financier. D’ailleurs, si vous voulez un peu de pittoresque, allez faire un tour dans le quartier financier le week end (surtout le samedi matin), ce sera sans doute la seule occasion que vous aurez de voir un New York complètement désert.

bryant-park-new-york

Une fin d’après midi à Bryant Park.

Tout au long de la journée, le new yorkais passe un temps considérable dans les transports : 4 à 5 millions d’usagers quotidiens transitent dans les métros, ferries et autres taxis. C’est là l’occasion d’observer la foule hétéroclite qui gravite autour de vous. Ou sinon vous pouvez faire comme la majorité des gens assis à vos côtés : dormez ou collez-vous le nez à votre téléphone portable / tablette. Oui, parce qu’il y a le wifi jusque dans le métro.

Le New Yorkais aime les chiens. Eux aussi, ils colonisent les trottoirs et pas seulement ceux des quartiers résidentiels. Dans la ville, tout est pensé pour les quatre pattes : dog sitters qui les promènent à longueur de journée, aires de détente dans les parcs et animaleries à chaque coin de rue ; contrairement à ce qu’on pourrait penser, New York est une ville très dog friendly. Mais je crois d’il s’agit ici d’une caractéristique typiquement américaine et pas juste new yorkaise.

Après le travail, une seconde journée commence. Les New Yorkais vivent énormément à l’extérieur de leur domicile. Il y a ceux qui (re)font du sport : c’est le moment d’aller faire un tour à Central Park observer les hordes (encore!) de coureurs. Hommes, femmes, jeunes, vieux, qui courent, font de la marche rapide ou tout simplement se promènent, certains toujours vêtus de leur costume de travail mais détail très important : baskets fluo aux pieds.

dog-run-new-york

Pour d’autres, il est l’heure de retrouver des amis au square, au  restaurant, dans les bars ou au fast food. Les meilleures adresses sont rapidement prises d’assaut et les files d’attentes s’allongent le long des trottoirs.

D’autres en profitent pour faire leurs courses : on vient faire le plein de boissons gazeuses dans la pharmacy du coin (qui n’a que peu de choses en commun avec les pharmacies que nous connaissons) ou bien faire un tour à Whole Foods Market, une chaîne de supermarchés à la mode et entièrement bio pour acheter son repas du soir. Car le cérémonial du repas n’a généralement rien à voir avec ce qu’on connait chez nous. Le New Yorkais mange dehors, achète sa nourriture dehors, se fait livrer sa nourriture de l’extérieur et cuisine finalement assez peu.

Après tout ça, le new yorkais peut toujours faire un peu de shopping si le coeur lui en dit ou bien il peut prendre rendez-vous chez le coiffeur ou avec son agent immobilier. Car la majorité des commerces sont ouverts jusqu’à 21 heures, voire plus pour certains (sans parler des pharmacy ouvertes 24/24). C’est toujours pratique en cas de gros pépin ou de grosse fringale à 3 heures du matin.

Après cette longue journée, il est temps de rentrer chez soi et de s’endormir au milieu des sirènes ultra puissantes des ambulances et des camions de pompier qui résonnent à l’infini dans les rues de Manhattan. Mais l’animation ne s’arrête jamais vraiment tout à fait. On dit de New York qu’elle est la ville qui ne dort jamais. C’est en partie vrai même si New York somnole un peu à sa manière durant les heures les plus avancées de la nuit. Quoi qu’il en soit, vous ne serez jamais complètement seul dans cette immense ville où le métro circule 24/24.

Et voilà, il est déjà 6 heures du matin, les rames de métro sont déjà prises d’assaut et les premiers joggeurs s’apprêtent à chausser leurs baskets pour rejoindre les quais de l’Hudson ou de l’East River.

Et nous dans tout ça ?

De New York, nous gardons bien sûr le souvenir de cette fantastique énergie, qui ne s’épuise jamais. Nous gardons l’image d’une ville sereine, avenante, verte et décomplexée (mais trop bruyante : sirènes je vous déteste mais vous arrivez quand même à me manquer énormément !). Nous gardons avec nous ce profond sentiment de liberté, de surprise et d’inattendu à chaque coin de rue. Avouons-le, le quotidien à New York est infiniment moins monotone que chez nous.

Ce qui nous frappe particulièrement une fois de retour en France, c’est l’absence de vie extérieure une fois 19 heures passées. Le français est finalement très casanier. La vie à l’extérieur du domicile n’est pas vraiment valorisée ni encouragée. Et puis, il y a le week end : le samedi où tous les commerces sont littéralement pris d’assaut et impraticables et le dimanche qui… ben c’est le dimanche quoi ! Silence, néant, quelle déprime ! Ah oui, j’oubliais de vous parler du dimanche à New York. Le dimanche qui n’est ni plus ni moins que le septième jour de la semaine, c’est à dire, un jour tout à fait normal. Avec tous les commerces ouverts. Et où les gens vaquent à leurs occupations, comme n’importe quel autre jour de la semaine.

dimanche-new-york

Un dimanche français VS un dimanche new yorkais

Et puis arrive le lundi. Le lundi où chez nous, la moitié des commerces sont encore fermés parce qu’ils sont ouverts le samedi… Bref, quand on cherche bien, il y a toujours une raison pour que la moitié des commerces soient fermés : parce que c’est dimanche, parce que c’est lundi, parce que c’est férié, parce que c’est le mois d’août, parce que c’est la grève, parce qu’on fait le pont…

Et finalement, on n’a pas vraiment d’autre choix que de se conformer à ce mode de vie casanier, pantouflard et monotone. Dans le fond, le problème n’est pas vraiment de se retrouver tous les soirs à 19 heures en pyjama à la maison. Il n’y a rien de désagréable à ça. Le problème, c’est plutôt d’être obligé de s’y retrouver, parce qu’on n’a pas le choix et qu’on ne peut de toute façon rien faire d’autre.

Qu’on soit d’accord, mon but ici n’est pas de comparer ce qui dans le fond, est incomparable. Mais quand on a commencé à goûter à autre chose, que c’est dur de retrouver … ça !

Edit : Quelques jours après avoir publié cet article, le hasard a fait que le Nouvel Obs s’est également penché sur le sujet. Verdict : nous ne sommes pas les seuls à considérer que le mode de vie français souffre d’un certain archaïsme… Ça fait du bien de voir que d’autres pensent pareil ! L’article est à lire ici.

Cet article vous a été utile ?

Laissez une évaluation si vous l'avez aimé !

4.4/5Nombre de vote(s) : 13

12 commentaires

  • Bonjour,

    C’était la deuxième fois pour moi NYC et en revenant, biensur, j’étais encore plus déprimée que la première …

    Ma plus grande crainte était « d’oublier » tout ces petits détails qui m’ont fait craquer et le pourquoi de mon grand amour pour cette ville si magique !

    Avec votre article, j’ai retrouvé beaucoup de sensations là bas ! Vous m’avez ému !
    Les sirènes me manquent tant aussi !!
    Et je trouve que la description entre la vie française et la vie New yorkaise est bien écrite, je retrouve aussi le même point de vue que je m’étais faites au départ et je comprends encore plus pourquoi nous sommes si déprimé à notre retour. On pourrait être des « New Yorkais » si nous habitions la bas, en France comme vous dites, on s’habitue à cette vie tranquille et nous n’avons pas le choix ! La mentalité est si différente !

    Une chose m’a marqué aussi : le melting-pot de toutes les origines tout les jours dans le métro est magique ! Il n’y a pas de jugement ou de regards rabaissant, ils vivent ensemble…

    La vie New Yorkaise et la mentalité New yorkaise me manquent chaque jour.

    En revanche, une des choses qui me rendent fière d’être française, c’est tout de même la bonne nourriture et du bon vin ! La bas, on se rend compte que manger c’est juste pour ne plus avoir faim, ils ne prennent pas le temps d’apprécier un repas ….

    • Bonjour Kelly,
      Merci beaucoup d’avoir partagé votre ressenti !
      Effectivement, beaucoup de choses séparent nos deux pays : certaines en mieux, d’autres en moins bien… Aucun pays n’est parfait, il y en a simplement qui nous correspondent plus que d’autres 🙂
      Bien sûr, j’ai aussi des raisons qui font que j’aime mon pays et moi aussi je me rends particulièrement compte de la richesse de notre gastronomie lorsque je voyage en Amérique du nord !
      Au plaisir,
      Laura

  • Laura vous avez entièrement raison et je partage votre point de vue … j habite Paris exactement La Défense et votre analyse est bien réelle !!! J adore New-York que dire j en suis littéralement amoureuse pour moi la plus belle ville au monde New York je t aime …. , et bien sûr compte partir bientôt y vivre avec mon mari et mon chien 🐶 d amour ..

  • Bonjour,

    J’ai beaucoup aimé votre description de New york, j’avais très envie d’en avoir un aperçu.

    Par contre vivant à Paris depuis 6 ans, je ne suis pas du tout d’accord avec votre comparaison. Vous comparez l’ambiance de petites villes dortoires françaises à un monstre de plusieurs millions d’habitant, il est évident que l’activité commerciale y est plus importante. Et à Paris, même si le métro se couche la nuit contrairement au métro new-yorkais, même si les starbukcs ne sont pas ouverts 24h/24, tout ferme très tard. Hier je suis allé au restaurant, nous sommes arrivés pour une table de 8 sans réservation à 23h et avons été servis sans problème.

    Que ce soit Londres, Madrid, ou New York, les gens courrent, vont à l’escalade, sortent le soir, ils vont au bar, au restaurants, profitent des théâtres des musées. A Paris, il y a même des cours de sports gratuits dans les parcs le matin.

    En fait je me demandais à quelle point la vie était différente entre New York et Paris. Et finalement même si beaucoup de choses sont différentes et que nous avons pas encore l’habitude de trainer avec nos cafés scotchés dans les mains (ce que font beaucoup les Londoniens par contre), je pense que cela peut être comparable.

    • Bonjour Gabriel !

      Effectivement, il serait faux de dire qu’il n’y a pas certaines similitudes entre la vie parisienne et la vie new yorkaise, sur certains aspects que vous évoquez. Il est forcément plus facile de sortir / de consommer / de profiter d’une vie sociale riche dans les grandes villes comme New York et/ou les capitales européennes. Théoriquement, sur le papier en tout cas, on converge vers un style de vie assez similaire.

      Mais dans la pratique, au jour le jour, dans tous les aspects du quotidien, trouver de réels points communs entre Paris et New York me paraît sincèrement beaucoup plus compliqué… Bien au delà des passants qui marchent ou non avec leurs cafés dans les rues, les différences sont vraiment palpables. Et pas seulement d’un point de vue culturel, je ne pense pas digresser en disant qu’on ne peut pas réellement trouver d’équivalent à la vie new yorkaise.
      Tous les gens qui ont voyagé à New York vous diront que cette ville ne peut être comparée à aucune autre (à tous les niveaux), même si elle fait effectivement partie d’un cercle restreint de métropoles qui fonctionnent à peu de choses près sur le même modèle.

      Il y a bien sûr un fossé à comparer New York avec nos petites villes françaises de province, comme je l’ai fait dans cet article. Mais pour avoir visité un certain nombre d’autres villes nord américaines (minuscules, petites, grandes ou énormes), je me dis qu’une mise à jour de l’article pourrait être bénéfique. J’étais il y a quelques mois à Burlington, une petite ville du Vermont d’à peine 60 000 habitants, soit exactement le même nombre d’habitants que ma ville d’origine en France. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à taille de ville égale, on ne vit vraiment pas de la même façon. Ce que je déplore dans l’article à propos des habitudes de consommation françaises et du mode de vie quelque peu replié ne se retrouve pas non plus dans les petites villes des USA où il est toujours possible de trouver des restaurants ouverts 24/24h ou de faire ses courses à des heures très avancées de la soirée.

      Bref, il y a un monde de différence, à bien des niveaux et c’est toujours très enrichissant de confronter cela voyage après voyage 🙂

      • Salut Laura, même si cela ne concerne pas vraiment le quotidien je me permet juste de notifier un point sur lequel Parisiens et New Yorkais sont très proches, l’image qu’ils dégagent vis à vis de leur province respective. En France comme aux USA ont voit les habitants de ces deux mégalopoles comme arrogants et prétentieux, et sont bien souvent très mal reçus dans certaines bourgades. En gros, en France on a les parigots, aux states ils ont les yankees. Je précise juste que je suis un parisien pur jus.

  • Bonjour,

    Je suis tombé par hasard sur votre site en faisant des recherches sur New York. Je reviens de 7 jours de vacances là-bas et j’ai vraiment adoré cette ville ! Je suis complètement d’accord avec ce qui est dit sur le poste de votre blog. C’est une ville pleine d’énergie ou s’entremêle différentes cultures dans un respect total ! On se sent tout de suite à l’aise dès la sortit de l’aéroport et au-delà du mode de vie différent des Français on se rend compte très vite en revenant de New York que finalement en France nous sommes très en retard sur beaucoup de choses !

    • Bonjour Mehdi,

      Effectivement, le moins que l’on puisse dire, c’est que ce sont deux modes de vie diamétralement opposés !
      Les deux ont leur défenseurs… et leurs détracteurs 🙂

  • Bonjour !

    Je suis bien d’accord avec vous, c’est exactement ça ! Pour le dimanche, c’est le premier jour de la semaine sur mon calendrier américain. 🙂 Si un jour je rentre en France, je sens que je vais avoir du mal à m’y refaire.

    Bon voyage à vous !
    Sarah

    • Ou habitez vous?
      Comparons ce qui est comparable

      • Bonjour Sarah !
        J’ai vécu pendant 10 ans à Tours, ma ville de coeur et d’adoption.
        Je précise bien dans l’article qu’il n’est pas question de comparer quelque chose qui ne peut pas l’être. Par définition, New York ne se compare à aucune autre… et surtout pas le moins du monde à Tours !
        Il s’agissait simplement de mettre le doigt sur les différences les plus flagrantes entre le mode de vie nord américain et français 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *